Entre la Libye et l’Italie, sauvetages à la chaîne de migrants en détresse

Par Elisa Perrigueur

Plus de 11 000 migrants partis des côtes libyennes entre dimanche 25 juin et mercredi 28 juin sur des dizaines d’embarcations ont été secourus en Méditerranée. En première ligne, l’Italie, surchargée par ces arrivées, a menacé de fermer ses ports. À bord du Rio Segura, un navire de l’agence européenne Frontex, les réfugiés racontent l’organisation des départs et les violences racistes en Libye.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

De notre envoyée spéciale à bord du Rio Segura (en Méditerranée).-  Tout se déroule sur une plage non loin de Sabratha, au nord-ouest de la Libye, sous un ciel de velours, face à une Méditerranée très calme. Bilal, Syrien de 30 ans, raconte. Lundi au milieu de la nuit, cet homme originaire de Deraa, sa femme et ses deux filles sont entassés, comme 500 autres migrants, dans un « bâtiment sans fenêtres ».