À Hong Kong, l’arbitraire règne désormais sous couvert de la loi

Par

Depuis le 1er juillet 2020, un régime d’exception s’est mis en place dans le territoire chinois du Sud, ancienne colonie britannique qui était censée jouir d’une semi-autonomie jusqu’en 2047. Les médias sont mis au pas au nom de la sécurité nationale.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Hong Kong (Chine).– Il aura fallu attendre près d’un an pour que la première personne inculpée sous le coup de la loi sur la sécurité nationale (LSN), Tong Ying-kit, comparaisse enfin devant ses juges le 23 juin. Presque un an depuis le 1er juillet 2020, au lendemain de l’adoption de la loi, que ce jeune homme âgé de 23 ans lors de son arrestation se trouvait en détention préventive, en vertu d’une interprétation toujours plus stricte de la remise en liberté sous caution, et attendant que le ministère public instruise enfin son dossier.