Rajoy nie toute responsabilité dans le scandale Bárcenas

Le président du gouvernement espagnol a assuré jeudi que ni lui ni le Parti populaire n’avaient commis de délit : « Ni financement illégal, ni argent sale. » Mariano Rajoy n’a pas dit quand il avait appris que l'ancien trésorier du PP Luis Bárcenas cachait de l’argent en Suisse ni pourquoi il a continué à échanger des messages avec lui après l'éclatement du scandale.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Illustration 1
Mariano Rajoy en el Senado el 1 de agosto. © Susana Vera/Reuters

Le 1er août 2013 restera le jour où Mariano Rajoy a enfin décidé de se présenter devant les parlementaires au Sénat pour essayer de donner quelques éclaircissements sur les scandales de corruption qui touchent son parti. Il restera aussi le jour où le président du gouvernement espagnol a décidé de briser un tabou et d’oser enfin prononcer le nom qu’il se refusait à prononcer depuis des mois : « Bárcenas ». Les trois syllabes composant le nom de l’homme qu’il a lui-même nommé trésorier du Parti populaire (PP) et qui inquiète le gouvernement comme la formation conservatrice.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal