Au Caire, la jeunesse se réfugie dans les livres et cafés d’intérieur

Par

Cafés fermés, graffitis effacés, surveillance omniprésente : une chape de plomb sécuritaire a recouvert les espaces publics du centre du Caire, cœur symbolique de la révolution de 2011. Mais l’esprit de Tahrir continue d’infuser dans une jeunesse qui lit de plus en plus et transforme des appartements en cafés et lieux d’échanges.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le Caire (Égypte), de notre correspondante.– À quelques pas de la place Tahrir, la terrasse d’un café populaire de la rue Mohamed-Mahmoud déborde sur le trottoir, obligeant les passants à slalomer entre les chichas et chaises en plastique. Deux policiers en civil s’approchent d’une table de jeunes garçons, les cheveux fixés en l’air façon hipster. « Vous n’êtes pas d’ici, dégagez, rentrez chez vous ! », ordonne l’un des agents après avoir examiné leurs téléphones portables et cartes d’identité, qui indiquent l’adresse d’un quartier populaire sur la rive opposée du Nil.