Fausses nouvelles: «WhatsApp constitue le plus grand défi»

Par

Aux États-Unis et au Brésil, deux campagnes électorales, des colis piégés artisanaux et une tuerie antisémite ont tragiquement remis sur le devant de la scène la question de la régulation de ce qui s’écrit sur Internet. Alors que la France a toujours en préparation une loi « contre la manipulation de l’information », Mediapart a interrogé Luiz Fernando Marrey Moncau, coordinateur d’un atlas mondial de la législation sur les contenus. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C’était il y a quinze jours, une éternité. Facebook faisait visiter à la presse sa “war room”, une salle dédiée à la lutte contre la manipulation des élections brésiliennes et états-uniennes. L’heure était à la chasse à la propagande, aux faux comptes et fausses nouvelles – un temps qui semble désormais bien loin. Ni l’annonce, vendredi 26 octobre, de la fermeture de comptes Facebook pilotés depuis l’Iran ni celle, une semaine plus tôt, de nouveaux soupçons d’ingérence russe par les autorités n’ont fait les gros titres.