Première victoire judiciaire pour 145 Camerounais contre le groupe Bolloré

Ces cultivateurs dénoncent depuis plus de dix ans l’implantation de palmiers à huile sur leurs terres ancestrales. La cour d’appel de Versailles leur a accordé le droit d’examiner les documents pouvant documenter les liens réels entre les sociétés exploitant la plantation et le groupe Bolloré.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Il y a trois semaines, ils avaient eu droit à quelques instants de tintamarre médiatique. Jeudi 1er décembre, la cour d’appel de Versailles leur a offert leur première victoire judiciaire. Les 145 cultivateurs camerounais qui se battent contre les plantations de palmiers à huile de Socfin, entreprise étroitement liée à l’empire Bolloré, et de sa filiale camerounaise, Socapalm, devraient bientôt en savoir plus sur l’identité réelle de leurs adversaires.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal