Derrière la gauche du parti démocrate, la force de l’organisation

Par

Alors que la primaire démocrate démarre lundi 3 février, la campagne de Bernie Sanders et celle d’Elizabeth Warren, dans une moindre mesure, sont portées par des mouvements puissants, divers, dotés d’une science de l’organisation inédite.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

New York (États-Unis), de notre correspondant.– Amis de longue date, ayant souvent partagé les mêmes combats au Sénat, Elizabeth Warren et Bernie Sanders ont fini par s’écharper. La sénatrice du Massachusetts a évoqué une conversation privée au cours de laquelle l’élu du Vermont lui aurait assuré qu’une femme ne pouvait battre Donald Trump. Sanders a nié. Devant les caméras, à la fin d’un débat télévisé, Warren l’a accusé de la « traiter de menteuse ». Sur les réseaux sociaux, nombre de leurs soutiens se sont querellés, les uns attaquant la mauvaise foi de Warren, les autres le sexisme prétendu de Sanders, qui fait écho à la mauvaise réputation de certains de ses supporters masculins sur les réseaux sociaux.