Albanie, Monténégro, Serbie… La vague de contestations rend possible un printemps des Balkans

Une vague de contestations inédite s’étend à tous les pays des Balkans. Partout, les citoyens dénoncent des régimes autoritaires, clientélistes et corrompus, mais se défient également des partis d’opposition. Un « printemps des Balkans » est-il en train de germer en cette fin d’hiver ?

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Podgorica (Monténégro), envoyés spéciaux.– Cela faisait bien longtemps que l’on n’avait pas autant battu le pavé des villes des Balkans. Après Belgrade, c’est à Podgorica, la capitale du Monténégro, que les citoyens manifestent en scandant « Milo voleur, démission ! Nous sommes l’État ! » Ils réclament les démissions du président de la République Milo Đukanović et du premier ministre Duško Marković, celles des principaux procureurs du pays mais aussi des dirigeants de la télévision publique RTCG.