Au Maghreb, une émancipation par la photographie

Par

Pour la première fois, un ouvrage collectif documente la photographie au Maghreb d’hier à aujourd’hui. 

Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

Au Maghreb, l'émancipation par la photographie © Mediapart

capture-d-e-cran-2018-03-27-a-16-57-37
La photographie connaît un bel engouement au Maghreb. Pour la première fois, un ouvrage collectif raconte cette vitalité tout en retraçant l’histoire d’une écriture qui fait encore peur, du fait notamment d’un rapport complexe à l’image dans les sociétés arabo-musulmanes. Il s’intitule très simplement La Photographie au Maghreb et il est paru chez Aimance Sud, une maison d’édition créée pour l’occasion par le poète et essayiste marocain Abdelghani Fennane. Enseignant à l’université de Marrakech, il a porté à bout de bras cet ouvrage hybride, à mi-chemin entre l’essai et le catalogue.

Voilà près de dix ans qu’il travaille dans son coin à combler une lacune : « Il n’existe pas d’ouvrage sur la photographie au Maghreb sous sa forme vernaculaire et artistique. » Au départ, il prévoyait une revue, puis très vite, s’est imposée l’idée d’un ouvrage collectif réunissant des personnalités du monde de la photographie telles que Christian Caujolle, fondateur de l’agence et galerie VU’, ou encore des spécialistes du Maghreb comme Denise Brahimi. L’ouvrage est loin d’être exhaustif, mais il a le mérite de faire la lumière sur cet art dans toute sa diversité, depuis la photographie ancienne jusqu’à la photographie contemporaine, qu’elle soit documentaire, politique, sociale…

« La problématique de la photo au Maghreb est une problématique du regard, soutient Abdelghani Fennane. Nous sommes une société éduquée en grande partie – les femmes par rapport aux hommes, le colonisé par rapport aux colons – à ne pas regarder. Car regarder, lever les yeux était une insolence. Le regard est politique, à la fois émancipateur et libérateur. »

capture-d-e-cran-2018-03-27-a-16-58-53
Comment expliquer cette nouvelle conscience photographique ? S’inscrit-elle dans une dynamique sociale et politique propre aux pays du Maghreb ? Quel rôle peut-elle jouer dans la documentation des mutations contemporaines dans les sociétés maghrébines ? Autant de questions soulevées dans ce nouveau numéro de Maghreb express avec Abdelghani Fennane. À ses côtés, Bruno Boudjelal, photographe franco-algérien, membre de l’agence VU’. Son dernier livre, Algérie, clos comme on ferme un livre ?, inspiré des paroles de l’hymne national algérien, a reçu le prix Nadar Gens d’images. Édité par Le Bec en l’air, il retrace dix ans d’allers et retours en Algérie, une quête tout à la fois intime et universelle sur les sentiers de l’identité, aux racines de l’origine.

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale

Le livre La Photographie au Maghreb est en vente à Paris : à l’Institut du monde arabe, à la Maison européenne de la photographie, au musée du quai Branly, au Jeu de paume et au Bal.