Inflexion réelle ou adaptation stratégique ? C’est la question qui se pose après que le Hamas, le mouvement islamique palestinien qui dirige la bande de Gaza, a présenté lundi 1er mai un document d’orientation politique qui amende quelques points essentiels de l’ancienne charte, en particulier sur les frontières et les relations avec Israël et l’Égypte. Ce texte est le résultat de nombreux mois de négociations au sein du Hamas, mais le fait qu’il soit rendu public au moment où le président palestinien Mahmoud Abbas s’apprête à rencontrer Donald Trump à Washington, mercredi 3 mai, avec l’objectif admis par les deux parties de relancer le processus de paix israélo-palestinien, indique une évolution notable au sein d’un mouvement qui figure toujours sur les listes européenne et américaine des organisations terroristes.