La crise au Burundi démontre la lassitude des citoyens à l’égard des «hommes forts»

Par

La tentative de coup de force du président Nkurunziza, qui entend se faire réélire pour un troisième mandat, menace de raviver les tensions ethniques, alors que les opposants demandent simplement le respect de la constitution.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Les choses sont en train de changer en Afrique. Vraiment ? Cette affirmation, suivie immédiatement d’une interrogation, trouve son illustration parfaite dans les événements qui se déroulent depuis plusieurs semaines au Burundi, où le président depuis dix ans, Pierre Nkurunziza, tente de se faire réélire pour un troisième mandat malgré l’opposition d’une grande partie de ses concitoyens.