La piste russe des «Macron Leaks» se précise

Par et Anastasia Kirilenko

Selon le directeur de l'Agence nationale de la sécurité des systèmes d'information, le piratage de l'équipe de campagne d'Emmanuel Macron était d'une telle « simplicité » qu'il pourrait être le fait de « n'importe qui ». Il se dit incapable de confirmer ou d'infirmer la piste russe. À Moscou, deux médias indépendants publient de nouveaux éléments troublants qui complètent l'enquête récente de Mediapart.  

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La nouvelle a ravi les médias officiels russes : le 1er juin, dans une interview d’abord accordée à l'agence de presse américaine Associated Press, puis à Russia Today (RT), Guillaume Poupard, le directeur de l'Agence nationale de la sécurité des systèmes d'information (ANSSI), qui a enquêté sur le piratage de l'équipe de campagne d'Emmanuel Macron, a déclaré qu'aucune trace formelle de hackers russes n'avait été relevée dans les « Macron Leaks ».