En Algérie, «la classe politique est déjà dans l'après-Bouteflika»

Par
Affaires de corruption touchant la plus grande entreprise d’Algérie, interdiction pour les universitaires de se rendre à l'étranger et nouvel attentat revendiqué par Al-Qaïda au Maghreb islamique... Le député du parti d'opposition RCD, Saïd Sadi, estime que le régime actuel est en état de «décomposition avancée». Entretien.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Que se passe-t-il au sommet de l'Etat algérien? Affaires de corruption touchant la plus grande entreprise du pays, condamnation par contumace d'anciens terroristes censés être détenus par les autorités algériennes, pressions sur la presse écrite, interdiction pour les universitaires de se rendre à l'étranger sans avoir communiqué le texte de leur intervention...