En Irak, la guerre menace la « maison chiite »

Pour la première fois, un conflit entre chiites menace l’Irak depuis l’annonce par le religieux Moqtada al-Sadr de son « retrait définitif » de la vie politique, ce qui a lancé des milliers de ses partisans à l’attaque de la « zone verte » de Bagdad. Aucune réconciliation entre les protagonistes n’est en vue.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Le feu de la guerre civile menace la grande « maison chiite » irakienne. Les affrontements, y compris à coups de lance-roquettes, entre milices dans la « zone verte », le secteur ultra-protégé de Bagdad où se trouvent les administrations et la plupart des ambassades, ont cessé depuis mercredi mais le bilan est accablant : une trentaine de morts et quelque 600 blessés. Il risque de peser encore plus du fait qu’aucune réconciliation ni aucun compromis n’est actuellement envisagé entre les deux protagonistes.  

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal