Paradis fiscaux : et si le G-20 s'était trompé de cible?

Par
En attendant la réunion des ministres des finances du G-20, vendredi en Ecosse, des ONG ont eu la bonne idée de publier, lundi 2 novembre, un «Indice d'opacité financière» qui relance le débat sur la meilleure façon de lutter contre les paradis fiscaux. En tête du hit-parade : l'Etat américain du Delaware, tandis que la City de Londres pointe en cinquième position. Rien à voir avec le classement officiel de l'OCDE...

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Et si le G-20 s'était trompé de cible, dans sa lutte contre l'évasion fiscale enclenchée à Londres le 1er avril dernier ? A en croire le «top-60» des économies les plus opaques au monde, publié ce lundi 2 novembre par un collectif respecté d'ONG, le doute est plus que permis. Plutôt que de traquer les places off-shore dans l'hémisphère Sud, les Etats-membres du G-20 feraient mieux de commencer par balayer devant leur porte, suggère l'étude. De s'intéresser aux «gros», plutôt qu'aux «petits», pour le dire autrement.