A Vic, fief de l’indépendantisme catalan, la détermination ne faiblit pas

Par

Depuis la proclamation de leur « république », tout ne s’est pas passé comme prévu. Mais beaucoup d'indépendantistes catalans restent mobilisés, prêts à voter en décembre. Ils savent que la tutelle de Madrid ne règle rien, sur le fond. Reportage dans les rues de Vic, dans la Catalogne de l'intérieur.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Vic (Espagne), envoyé spécial.– Comme beaucoup d’indépendantistes catalans, Marta se trouve plongée, ces jours-ci, dans d’intenses réflexions. Elle sent bien que tout ne se passe pas exactement comme prévu, depuis la déclaration d’indépendance unilatérale (DUI) en fin de semaine dernière : « C’est un moment aigre-doux. L’heure devrait être à l’euphorie, mais on vit surtout un moment un peu étrange. » À 32 ans, elle tient avec son frère une cafétéria, « L’Estelvic », en face du temple romain, dans le vieux Vic. Cette ville de l’intérieur de la Catalogne, à équidistance de Barcelone et des Pyrénées, est l’une des places fortes de l’indépendantisme catalan. Aux régionales de 2015, plus de 75 % des votants y ont soutenu des listes indépendantistes. Au référendum du 1er octobre, la participation fut supérieure de près de vingt points à la moyenne de la Catalogne.