L’Espagne débat de l’indépendance de sa justice

Par

Plus d’un an après le procès controversé contre les dirigeants catalans, Pedro Sánchez propose, avec le soutien d’Unidas Podemos, une réforme de la justice accusée de politiser encore davantage l’institution. L’UE s’en mêle.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L’Espagne est-elle en train d’emprunter le chemin des démocraties « illibérales », à l’instar de la Hongrie ou de la Pologne, qui font cauchemarder à Bruxelles ? C’est en tout cas le risque qui menace, selon ses adversaires, si la réforme de la justice proposée par le gouvernement socialiste, avec le soutien de son partenaire Unidas Podemos, devait aboutir.