La piste américaine de l’affaire Ghosn intéresse la justice japonaise

Par

L’extradition au Japon de Michael et Peter Taylor, deux Américains soupçonnés d’avoir aidé Carlos Ghosn à s’évader fin 2019, permettra peut-être d’éclaircir la question des complicités. En particulier celles de la famille de l’ex-PDG de Renault-Nissan. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

New York (États-Unis).– Michael Taylor était confiant. Avec la nouvelle administration Biden, sa situation finirait par s’améliorer, pensait-il. Lui, « un citoyen américain », un vétéran âgé de 60 ans, « qui a servi dans l’armée » auprès des forces spéciales avant de se reconvertir dans la sécurité privée, serait à l’avenir traité « différemment » par les autorités de son pays : il ne serait pas extradé au Japon « en pleine pandémie » dans un pays où il risquerait de surcroît d’être « torturé », confiait-il à Mediapart l’automne dernier. Michael Taylor avait tort.