La droite madrilène agite encore le spectre de l’ETA pour rester au pouvoir

Par

La région de Madrid élit mardi son parlement. La conservatrice Isabel Díaz Ayuso, favorite du scrutin, a multiplié les références à l’ETA, un groupe armé dissous en 2018, pour gêner la gauche. Dans son viseur, le rapprochement de dizaines de détenus basques.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Madrid (Espagne).– Depuis qu’elle a provoqué, le 10 mars dernier, des élections anticipées dans la région de Madrid, Isabel Díaz Ayuso, la très droitière candidate du Parti populaire (PP), a glissé la même référence dans la quasi-totalité de ses discours de campagne : la favorite du scrutin, qui se déroule ce mardi 4 mai, n’a cessé d’évoquer le terrorisme de l’ETA pour dénoncer les ambiguïtés coupables, à ses yeux, des gauches espagnoles d’aujourd’hui.