Asie Enquête

Pourquoi les paysans se suicident par milliers en Inde

Le gouvernement Modi essaie de maquiller les chiffres mais la réalité est pourtant là : les suicides d’agriculteurs repartent à la hausse dans le sous-continent. L’endettement est l’une des explications de ce drame, mais elle n’est pas la seule.

La lecture des articles est réservée aux abonné·e·s. Se connecter

Kisna est un paysan sans le sou du Vidarbha, une région agricole du cœur de l’Inde grande comme le Portugal. Il essaie de cultiver le coton, comme tous ses voisins d’infortune, sur des lopins de terre où la pluie ne tombe jamais quand il faut. Alka, son épouse, le tient à l’œil. Elle ne craint qu’une chose : qu’il mette fin à ses jours, comme leur ami Bhaskar qui était écrasé de dettes et que l’on vient de retrouver pendu à un arbre, au milieu de son champ. L’amour n’y pourra rien : désespéré par la sécheresse, Kisna mourra électrocuté en essayant de brancher sur une ligne à haute tension la petite pompe qui devait faire remonter de l’eau des profondeurs pour remplir son puits et irriguer sa parcelle. Ce drame de la campagne indienne est le scénario d’un film, Gabhricha Paus (The Damned Rain), sorti sur les écrans en 2009 et deux ans plus tard en France, sous le titre de Maudite pluie ! À l’époque, son réalisateur, Satish Manwar, voulait montrer la réalité quotidienne des milliers de paysans qui se suicident chaque année en Inde (regarder la bande-annonce ici). Une situation qui reste malheureusement plus que jamais d’actualité : entre 2005 et 2015, plus de 300 000 suicides sont survenus.

Abonnement mediapart

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là


Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Aujourd’hui sur Mediapart

Voir la Une du Journal

À ne pas manquer

Société — Enquête
Une figure du combat contre le harcèlement scolaire est visée par une plainte pour « harcèlement »
Fondatrice de l’association Marion la main tendue, Nora Fraisse se voit reprocher par une dizaine d’anciennes bénévoles, stagiaires ou services civiques d’avoir eu un comportement toxique envers de proches collaborateurs. D’après notre enquête, l’une d’elles a déposé plainte pour « harcèlement ».
par Prisca Borrel
Littérature — Entretien
Éric Vuillard : « La narration politique, c’est de la mauvaise littérature »
Dans son dernier récit, « Une sortie honorable », l’écrivain aborde la guerre d’Indochine, largement reléguée dans la mémoire nationale, et le cadre politique et financier qui l’a soutenue. Entretien sur la politique, l’histoire et la littérature.
par Joseph Confavreux, Ellen Salvi et Lise Wajeman
Santé
Didier Raoult : deux ans d’enquête sur une imposture
Depuis l’arrivée du Covid-19 en France, Didier Raoult est devenu une figure nationale. D’abord en faisant la promotion d’un traitement inefficace contre la maladie, l’hydroxychloroquine, puis en niant la possibilité d’une seconde vague ou en remettant en cause l’efficacité de la vaccination. Mediapart revient en vidéo sur deux ans d’enquête sur le directeur de l’IHU.
par Youmni Kezzouf, Mathieu Magnaudeix et Pascale Pascariello
Blanquer, l’école à la renverse
Profs, élus, ils bricolent pour faire tenir l’école en temps de pandémie
Parmi les ressorts de la colère contre le ministre de l’éducation nationale, l’impression de devoir composer depuis des mois avec des bouts de ficelle arrive en bonne place. Pour pallier les manques et retards de l’État, enseignants et élus locaux se mobilisent comme ils peuvent.
par Mathilde Goanec

Nos émissions

À l'air libre
par à l’air libre
Grand entretien
par Fabien Escalona et Romaric Godin
Ouvrez l’Élysée
par Usul et Ostpolitik