La faillite de l’Argentine est aussi l’échec de Christine Lagarde

Par

Après la nouvelle dégringolade du peso, qui vaut désormais trois fois moins qu’en mars 2018, le gouvernement de Mauricio Macri a dû mettre en place des mesures de restructuration de la dette et de contrôle des changes. Cette crise est plus que jamais l’échec de sa politique et de celle du FMI dirigé par Christine Lagarde.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Dix-huit ans après sa dernière faillite, l’Argentine se dirige à nouveau vers une cessation de paiement. La crise financière et économique qui frappe l’Argentine depuis le printemps 2018 s’est en effet amplifiée en cette rentrée. Après la défaite du président Mauricio Macri aux « primaires obligatoires » du 11 août dernier, en vue des élections présidentielles d’octobre, le peso s’est à nouveau effondré et les taux demandés à l’Argentine ont bondi.