Maintien de l'ordre : en Turquie aussi, la France veut exporter son « savoir-faire »

Par

La France et la Turquie ont signé en 2011 un accord de sécurité qui prévoit un volet « gestion démocratique des foules ». Le texte, contesté par des ONG et par une partie de la gauche, n’a toujours pas été ratifié par l’Assemblée. La violente répression des manifestations anti-Erdogan risque de la repousser encore.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C’est un texte qui était jusqu'ici presque passé inaperçu. La violente répression policière qui a fait plusieurs centaines de blessés en Turquie l’a remis en pleine lumière. En 2011, le ministre de l’intérieur de l’époque Claude Guéant avait signé avec le gouvernement turc un « accord de coopération dans le domaine de la sécurité intérieure ». Validé en conseil des ministres sous la gauche, il est depuis bloqué à l’Assemblée nationale où les députés socialistes repoussent depuis plusieurs mois son inscription à l’ordre du jour.