Au Brésil, Jair Bolsonaro démantèle méthodiquement le droit de l’environnement

Par

Déforestation, pêche, biodiversité… Depuis son élection, le président brésilien abaisse toutes les normes environnementales et se livre à une chasse aux sorcières à l’intérieur des administrations. Revue de détail d’une politique anti-écologique de fer.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Rio de Janeiro (Brésil), de notre correspondant.– Début avril, dans la forêt nationale de Jamari, des agents de l’Ibama (organisme chargé de la protection de l’environnement) débarquent en armes pour mettre fin à une exploitation illégale de bois financée par des producteurs de la région de Rondônia (nord-ouest du pays). Pour éviter que l’activité ne reprenne après leur départ, les fonctionnaires mettent le feu à deux camions et un tracteur, comme l’autorise la législation depuis 2008. Indignés, les producteurs s’organisent pour « ne pas laisser passer ça ». L’un des leurs contacte le secrétaire de l’environnement de Rondônia, qui en réfère au gouverneur de l’État, membre du PSL, le parti de Bolsonaro, qui lui-même alerte le ministre de l’environnement, Ricardo Salles.