Début de manoeuvres USA-Corée du Sud qui avaient été retardées

Par
Les Etats-Unis et la Corée du Sud entameront lundi des manœuvres militaires qui avaient été retardées en signe d'apaisement pendant les négociations avec la Corée du Nord.
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

SEOUL (Reuters) - Les Etats-Unis et la Corée du Sud entameront lundi des manœuvres militaires qui avaient été retardées en signe d'apaisement pendant les négociations avec la Corée du Nord.

Le Korean Marine Exchange Program fait partie des exercices qui avaient été suspendus pour une durée indéterminée en juin après le sommet de Singapour entre Donald Trump et le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un. Le président américain avait alors promis de mettre fin aux exercices militaires conjoints américano-sud-coréens, très critiqués par Pyongyang.

Un porte-parole du ministère de la Défense sud-coréen a confirmé qu'une série d'entraînements commencerait lundi près de Pohang, dans le sud du pays. La presse ne pourra pas y avoir accès. Environ 500 marines américains et sud-coréens y participeront, selon l'agence de presse sud-coréenne Yonhap.

En ce qui concerne les principales manoeuvres militaires conjointes de 2019, Washington et Séoul doivent prendre une décision d'ici décembre.

Toutefois, le plus grand jeu de guerre de préparation au combat jamais organisé au Japon et dans les environs a toutefois commencé samedi. Le porte-avions à propulsion nucléaire USS Ronald Reagan a rejoint les destroyers japonais et un navire de guerre canadien au large du Japon, autre acteur clé dans la stratégie de mise sous pression de la Corée du Nord.

La Corée du Nord a averti vendredi qu'elle pourrait reprendre le développement de son programme nucléaire si les Etats-Unis n'abandonnaient pas leur campagne de "pression maximale" et de sanctions.

"L'amélioration des relations et les sanctions sont incompatibles", a déclaré un responsable du ministère des Affaires étrangères dans un communiqué publié par l'agence de presse KCNA. "Les Etats-Unis pensent que leur rengaine 'sanctions et pressions' conduit à la 'dénucléarisation'. Nous ne pouvons que rire d'une idée aussi stupide."

La Corée du Nord n'a pas testé de missile balistique ni d'arme nucléaire depuis près d'un an. Elle a annoncé avoir fermé son principal site d'essais nucléaires et avoir l'intention de démanteler plusieurs autres installations.

Au cours des dernières semaines, la Corée du Nord a fait davantage pression pour obtenir ce qu'elle considère comme des concessions réciproques des États-Unis et d'autres pays.

"Comme indiqué, les Etats-Unis sont totalement responsables de tous les problèmes de la péninsule coréenne, y compris le problème nucléaire, et par conséquent, celui-là même qui a causé tous ces problèmes doit défaire le nœud qu'il a créé", lit-on dans la déclaration de vendredi.

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale