Turquie: une vaste enquête révèle la misère des victimes des purges

Par

Dénuement, impossibilité de retrouver un emploi, rejet par la société, explosion des structures amicales et familiales, sentiment d’impuissance… Une enquête menée auprès de plusieurs milliers de victimes des purges qui ont suivi la tentative manquée de coup d’État du 15 juillet 2016 en Turquie révèle le quotidien misérable de ces nouveaux parias de la société turque.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Istanbul (Turquie), de notre correspondant. – « Quand je vais faire un achat, entendre le commerçant me dire : “Je ne veux pas voir de traître à la patrie ici”, ça fait très mal. (…) Mais le plus douloureux, ce fut de devoir convaincre mes enfants que je n’avais rien fait de mal, de les supplier de me faire confiance. Alors que des gens dans la rue nous blessent en criant à mon fils : “On sait tout sur ta mère, tout le quartier est au courant”, dire qu’on n’a rien fait, ça ne suffit pas. »