Explosion de Beyrouth: la piste remonte jusqu’à Damas

Par

L’enquête d’une télévision libanaise implique trois hommes d’affaires syro-russes dans la double déflagration de Beyrouth il y a six mois. Elle sous-entend une contrebande de nitrate d’ammonium au profit de Bachar al-Assad destinée à contourner l’embargo sur les armes chimiques.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Six mois après la double explosion de Beyrouth, qui, le 4 août 2020, a fait 208 morts, plus de 6 500 blessés, dont un millier d’invalides et d’estropiés, et ravagé des quartiers entiers de la capitale libanaise dans un rayon de plusieurs kilomètres, on ne sait toujours pas qui était le véritable acquéreur des 2 750 tonnes de nitrate d’ammonium débarquées et stockées dans un entrepôt du port depuis sept ans.