A la frontière turco-grecque, les migrants sont piégés par les fausses promesses d’Erdogan

Par

En annonçant l’ouverture de ses frontières avec l’Europe, la Turquie a fait affluer des milliers de migrants vers la frontière grecque. Démunis, ceux-ci sont coincés entre l’intransigeance des policiers turcs et la violence des forces de sécurité grecques.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Édirne (Turquie), de notre envoyé spécial.– Doyran est un peu l’appartement témoin du grand chambardement migratoire provoqué par la Turquie. Sous la belle lumière d’un printemps précoce, le hameau turc, avec ses maisonnettes blanches, ses odeurs de feu de bois et le cours majestueux du fleuve Meriç (Évros en grec) tout proche, semble presque paisible.