En Espagne, la nouvelle jeunesse de la Seconde République

Par

Alors que les scandales de corruption affaiblissent la monarchie, l’Espagne commémore la Seconde République, une période complexe, et sa grande figure, Manuel Azaña.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Pour la première fois pour un président français, Emmanuel Macron a déposé le 15 mars, accompagné de son homologue espagnol Pedro Sánchez, une gerbe sur la tombe de Manuel Azaña, enterré au cimetière de Montauban (Tarn-et-Garonne). La séquence s’inscrit dans les commémorations, côté espagnol, des 80 ans de la mort, en novembre 1940, de celui qui fut la grande figure de la Seconde République (1931-1939), exilé en France à la toute fin de sa vie.