Le nom de Macédoine du Nord, principal enjeux du second tour de la présidentielle

Par
Les Macédoniens sont appelés aux urnes dimanche pour le second tour d'une élection présidentielle marquée par les profondes divisions dues au changement de nom de leur pays, devenu République de Macédoine du Nord, en vertu d'un accord conclu avec la Grèce.
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

SKOPJE (Reuters) - Les Macédoniens sont appelés aux urnes dimanche pour le second tour d'une élection présidentielle marquée par les profondes divisions dues au changement de nom de leur pays, devenu République de Macédoine du Nord, en vertu d'un accord conclu avec la Grèce.

Stevo Pendarovski, membre de la coalition centriste au pouvoir, et l'universitaire Gordana Siljanovska-Davkova, qui se présente sous les couleurs du parti nationaliste VMRO-DPMNE, sont arrivés au coude-à-coude au premier tour, il y a deux semaines.

Pendarovski pourra toutefois compter sur l'appui du parti albanais Besa, dont le candidat Blerim Reka a pris la troisième position le 21 avril.

La coalition centriste, composée des sociaux-démocrates et du DUI, premier parti de la minorité albanaise, se sont engagés à appliquer le changement de nom, grâce auquel Athènes ne mettra plus son veto à l'intégration de Skopje au sein de l'Otan et de l'Union européenne.

A l'inverse, le parti nationaliste VMRO-DPMNE s'oppose catégoriquement à l'accord.

La fonction présidentielle est essentiellement honorifique, mais le chef de l'Etat est commandant en chef des armées et promulgue les lois adoptée au Parlement.

Le refus du président sortant, le nationaliste Gjeorge Ivanov, de signer celle portant sur une plus large utilisation de l'albanais, 18 ans après un soulèvement des séparatistes de la minorité, a notamment retardé sa mise en oeuvre.

La participation sera l'un des principaux enjeux de ce scrutin, qui sera invalidé si elle est inférieure à 40%. Dans ce cas, le président du Parlement assurera l'intérim jusqu'à la tenue d'une nouvelle élection. Au premier tour, 41,6% des 1,8 million d'inscrits sont allés voter.

Les bureaux de vote fermeront à 19h00 (1700 GMT) et les premiers résultats sont attendus deux heures plus tard.

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale