En Irak, les Kurdes sont décidés à arracher leur indépendance

Par

L'offensive des djihadistes de l'État islamique en Irak et au Levant est une chance en or pour les Kurdes. En quelques jours, ils ont accru de 40 % leur territoire, pris le contrôle de Kirkouk et de ses champs pétroliers. Face à l'État central désintégré, ils sont déterminés à faire un pas de plus vers l'indépendance. Notre reportage à Kirkouk.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Kirkouk, Erbil, de notre envoyée spéciale.  À Kirkouk, les murs de la station de police Miqdad sont fraîchement repeints. « Kirkouk reste belle », « Fini la souffrance » : les tags colorés sur l'enceinte du bâtiment célèbrent la prise de contrôle de la ville par les peshmergas kurdes. Le 12 juin, les soldats de la région autonome du Kurdistan ont profité de la débâcle de l'armée irakienne pour se déployer dans cette ville grise et poussiéreuse du nord de l'Irak. Deux jours auparavant, une coalition hétéroclite de djihadistes de l'État islamique en Irak et au Levant (EIIL), de baasistes et de tribus sunnites avaient pris d'assaut Mossoul, deuxième ville du pays à 150 kilomètres de là.