Meurtris par le Covid, réprimés par le pouvoir: la double peine des médecins égyptiens

Par Ariane Lavrilleux et Jamal Bukhari

En manque d’effectifs et de protections, les soignants sont les premières victimes du coronavirus. Malgré leur dévouement, ils sont la cible d’une vague de répression et d’accusations de négligence. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le Caire (Égypte)– Le samedi 27 juin, quelques dizaines d’officiers et d’éléments des forces de sécurité entourent les membres du syndicat des médecins au Caire, à quelques centaines de mètres de la place Tahrir. La conférence de presse qui devait être diffusée en direct sur Facebook est annulée, officiellement pour des « raisons techniques ». « Le réel motif est politique », reconnaît un représentant du syndicat contacté par Mediapart.