La crise du BTP saoudien rejaillit sur l’Inde

Par

Le gouvernement Modi est en train d’organiser le rapatriement de dix mille ressortissants indiens ayant perdu leur emploi dans la monarchie pétrolière, actuellement bloqués dans des camps de réfugiés. Beaucoup travaillaient sur des chantiers d’infrastructures qui ont été gelés par la crise économique.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Bombay (Inde), de notre correspondant.-  L'affaire Saudi Oger est en train de faire le tour de la planète. Depuis la fin 2015, cette entreprise de bâtiment et travaux publics (BTP), connue en France à travers sa filiale d'ingénierie Oger International, a mis sur le carreau plusieurs milliers d'employés en Arabie saoudite, où se trouve son siège social. Certains ont été licenciés du jour au lendemain, d'autres ne touchent plus leur salaire. Au total, ce sont plus de 31 000 salariés, sur un effectif global de 58 000, qui se retrouvent au chômage, dont une majorité de ressortissants d'Inde, du Pakistan et du Bangladesh, mais aussi d'Asie du Sud-Est et des Philippines.