Au Togo, paradis de la Françafrique, l’opposition s’est réveillée

Par

L’opposition au président du Togo, Faure Gnassingbé, a retrouvé ces dernières semaines de la vigueur avec l’émergence d’un nouveau leader. Après une forte mobilisation de ses partisans le 19 août, elle a annoncé de nouvelles manifestations pour ces 6 et 7 septembre afin d’obtenir, entre autres, une limitation du nombre de mandats présidentiels.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Depuis quelques semaines, la donne politique est en train d’évoluer de manière étonnante au Togo : un nouveau leader, Tikpi Atchadam, a émergé au sein de l’opposition, relançant la contestation du pouvoir de Faure Gnassingbé. Ce dernier, 51 ans, occupe le fauteuil présidentiel depuis 2005, après avoir succédé à son père, le général Gnassingbé Eyadema, qui avait dirigé de manière autoritaire le pays pendant 38 ans. Il a été réélu en 2015 pour un troisième mandat de cinq ans à l’issue d’une élection dont la régularité a été contestée par l’opposition.