A l'Onu, la France vote contre un traité d’interdiction des armes nucléaires

Par

Les Nations unies ont récemment adopté à une forte majorité une résolution historique, décidant l’ouverture de négociations sur l’élimination des armes nucléaires. Paris s’y est opposé, invoquant, curieusement, le risque que ferait courir une telle décision en matière de lutte contre la prolifération…  

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Dans une surprenante discrétion, l’assemblée générale des Nations unies a récemment adopté une résolution qui décide l’ouverture en mars 2017 d’une conférence « ayant pour objectif la négociation d’un instrument juridique contraignant visant à interdire les armes nucléaires en vue de leur élimination complète ». Cette résolution « L.41 » vise, en clair, à faire adopter par l’Onu un traité d’interdiction des armes nucléaires. Elle a été proposée par l’Afrique du Sud, l’Autriche, le Brésil, l’Irlande, le Mexique et le Nigeria, rejoints par 28 autres pays dont l’Indonésie, la Nouvelle-Zélande et la Thaïlande.