A Bruxelles, le «shadow banking» a encore de beaux jours devant lui

Par

Les eurodéputés viennent de voter une directive censée encadrer le « shadow banking ». Mais beaucoup dénoncent un compromis au rabais, qui ne régulera pas cette finance parallèle en pleine explosion. Entretien avec deux experts de l'ONG Finance Watch, alors que le commissaire européen à la stabilité financière repart en campagne pour la « titrisation »...

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Sept ans après l'éclatement de la crise financière aux États-Unis, que reste-t-il de la volonté de réguler la finance en Europe ? Pas grand-chose, si l'on s'en tient à un vote au parlement européen, passé presque inaperçu, le 29 avril dernier. Les élus ont adopté ce jour-là une directive sur les fonds monétaires censée s'attaquer, pour la première fois en Europe, au « shadow banking », cette « finance de l'ombre » au poids colossal et qui ne cesse d'enfler.