Enfants français en Syrie: la politique d’Emmanuel Macron attaquée devant la CEDH

Par

Les grands-parents de deux enfants français de djihadistes, blessés en Syrie, ont saisi la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) afin de faire condamner la France pour refus de les rapatrier. Emmanuel Macron a refusé tout programme de rapatriement.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Les grands-parents de deux jeunes enfants français de djihadistes, blessés en Syrie, ont saisi lundi la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) dans le but de faire condamner la France pour refus de les rapatrier, ont annoncé leurs avocats. Les deux enfants, une fille de trois ans et un garçon de quatre ans, ont été blessés à Baghouz, dans le nord de la Syrie. Le dernier bastion de l’État islamique est tombé fin mars aux mains d’une alliance arabo-kurde soutenue par les puissances occidentales, après d’intenses bombardements.