Dossier Ces djihadistes dont la France ne veut pas

Prisonniers des Irakiens, des Syriens, des Kurdes et des Turcs, des djihadistes français et leurs familles sont une épine dans le pied pour Paris. Alors qu'Emmanuel Macron a refusé de rapatrier les familles des djihadistes français de Syrie, la situation semble intenable dans la durée.

La justice française recherche un djihadiste dont la France ne veut pas

Le djihadiste nîmois détenu en Syrie, Guillaume Kapo. © Photo montage Sébastien Calvet / Mediapart
Guillaume Kapo, suspecté d’avoir été l’un des geôliers des otages français de l’État islamique, fait l’objet de deux mandats d’arrêt. La justice sait parfaitement où il est : dans une prison syrienne. Mais la France ne veut pas le rapatrier.

La France sommée de s’expliquer sur le transfert de ses djihadistes en Irak

Terrorisme

Des djihadistes, à l'époque du califat, se déplaçant en bateau. © DR
La rapporteuse de l’ONU vient d’interroger les autorités françaises sur le transfert de sept Français de l’EI condamnés à mort par la justice irakienne. En juin, Mediapart avait raconté la volonté de Paris de créer en urgence un tribunal pénal international et les errements de sa diplomatie après le refus d’Emmanuel Macron,  contre l’avis de ses services, de rapatrier les ressortissants djihadistes.

Pour ses djihadistes et leur famille, la France veut un tribunal pénal international

Terrorisme

Des djihadistes, à l'époque du califat, se déplaçant en bateau. © DR
Après qu’Emmanuel Macron a refusé de rapatrier les familles de djihadistes français de Syrie, le Quai d’Orsay réfléchit à la création d’un tribunal pénal international basé en Irak. Il y a urgence : les Kurdes ont la plus grande difficulté à assurer la garde des détenus djihadistes tandis que la situation sanitaire se dégrade dans les camps où, selon nos informations, sont retenus plus de 300 enfants.

Une justice irakienne aux ordres de l’Etat français

Terrorisme

Quelle que soit la réalité des charges reconnues à l'encontre des djihadistes français, la manière dont s’applique la justice irakienne suscite la polémique. Comme le révèle Mediapart, l’opération consistant à faire juger ces ressortissants encombrants en Irak a été pensée depuis Paris et réalisée « sans l’intervention visible de la France ».

Enfants français en Syrie: la politique d’Emmanuel Macron attaquée devant la CEDH

Terrorisme

Les grands-parents de deux enfants français de djihadistes, blessés en Syrie, ont saisi la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) afin de faire condamner la France pour refus de les rapatrier. Emmanuel Macron a refusé tout programme de rapatriement.

Emmanuel Macron ne veut plus rapatrier les djihadistes français

Terrorisme

« Il n’y a pas un programme de retour des djihadistes qui est aujourd’hui conçu », a assuré Emmanuel Macron lors d’un débat mardi avec des élus de la région Grand Est à l’Élysée. Pourtant, les services des ministères des affaires étrangères, de la défense, de l’intérieur et de la justice travaillaient bien depuis l’automne 2018 au retour des djihadistes détenus par les Kurdes de Syrie.

Djihad: pourquoi les «revenants» ne reviennent pas

Terrorisme

Depuis l’effondrement du califat, on annonce le retour massif des djihadistes français, avec femmes et enfants. En réalité, les retours se font au compte-gouttes : seulement sept adultes ont rejoint l’Hexagone cette année, et au total 64 hommes et femmes depuis 2016. 

Prisonniers en Irak ou en Syrie, les Français de l'État islamique piègent le gouvernement

Terrorisme

Photo de propagande d'un tireur d'élite de l'État islamique © DR
Prisonniers des Irakiens, des Syriens, des Kurdes et des Turcs, des djihadistes français et leurs familles sont une épine dans le pied pour Paris. Un peu moins d’une centaine d’individus, dont, selon nos informations, 32 mineurs, sont concernés. Faut-il les laisser juger sur place ou réclamer leur extradition ?