Erdogan libère un chef de la mafia, ancien exécutant des basses œuvres de l’Etat

Par

L’ultranationaliste Alaattin Çakici a participé dans les années 1990 à la « sale guerre » menée par l’État turc contre les sympathisants de la rébellion kurde. Il a été libéré mi-avril à la faveur d’une loi visant à désengorger les prisons menacées par le Covid-19.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Istanbul (Turquie), de notre correspondant.– Le président turc Recep Tayyip Erdogan compte désormais un nouvel ami. À peine libéré, le 15 avril, dans le cadre d’une loi visant à réduire la population carcérale pour faire face à la pandémie de Covid-19, Alaattin Çakici a adressé au reis un message de remerciements qui vaut serment d’allégeance.