Libre-échange: sous la pression de Berlin, l’UE annonce un vrai-faux accord avec le Japon

Par

Bruxelles et Tokyo devaient annoncer, jeudi midi, un « accord de principe » sur le traité de libre-échange entre l’UE et le Japon. Les Européens, Angela Merkel en tête, sont pressés de tourner la page de la crise du CETA, l'accord avec le Canada. Mais les désaccords restent nombreux.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Bruxelles (Belgique), envoyé spécial.– C’est un drôle d’accord que s’apprêtent à dévoiler, jeudi midi à Bruxelles, Jean-Claude Juncker et Donald Tusk, respectivement présidents de la Commission européenne et du Conseil européen, en compagnie de Shinzo Abe, le premier ministre japonais. Ils devraient faire état d’un « accord de principe » pour la conclusion du JEFTA, ce traité de libre-échange entre l’UE et le Japon, en discussion depuis 2013, mais longtemps resté loin des radars médiatiques, éclipsé par le chantier de l’accord avec les États-Unis (le défunt TAFTA), puis par celui du traité avec le Canada (CETA, qui entrera en vigueur « de manière provisoire » le 21 septembre 2017).