Attentat de Vienne: les services de renseignement à l’heure des comptes

Par Vianey Lorin

L’assaillant, connu des autorités, avait tenté en juillet d’acheter des munitions en Slovaquie. Transmise aux services de renseignement autrichiens, l’information n’est vraisemblablement jamais parvenue à la justice. Une erreur qui s’ajoute à d'autres failles dans le suivi du terroriste à sa sortie de prison.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Vienne (Autriche).– Sur la porte vitrée d’un restaurant asiatique : six impacts de balles. Une rose a été introduite dans l’un des trous, pour mieux le dissimuler au regard des nombreux Viennois venus se recueillir. À quelques pas de là, une marée de bougies recouvre des taches de sang.