Tsipras à Moscou: les raisons d'un rapprochement

Par

Fraîchement arrivé au pouvoir, le gouvernement Syriza a multiplié les gestes à l'égard de Moscou, se prononçant en particulier contre de nouvelles sanctions européennes visant la Russie. Le premier ministre Alexis Tsipras s'y rend mercredi et jeudi pour sa première visite hors Union européenne. Avec Vladimir Poutine, le premier ministre grec partage des intérêts économiques sur plusieurs dossiers et pourrait obtenir une baisse du prix du gaz russe importé.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Ce jeudi 9 avril, la Grèce doit rembourser 450 millions d'euros au FMI. Cette date est brandie depuis plusieurs semaines dans les négociations entre Athènes et ses créanciers, la Grèce étant susceptible selon certains de faire défaut. Mais cette menace de faillite agitée à moult reprises depuis cinq ans ne s'est finalement jamais réalisée… Ce même jeudi, Alexis Tsipras sera reçu, pour la deuxième journée consécutive, par Vladimir Poutine. Hasard de calendrier ? Pas sûr… Le partenaire russe fait partie, pour Tsipras, du cadre général des négociations en cours avec Bruxelles.