Il faut ouvrir les portes de l’Eurogroupe

Par

Alors qu’un Eurogroupe de crise doit se tenir mardi après-midi, au cours duquel les ministres débattront des instruments de solidarité face aux ravages de l’épidémie, il faut en finir avec l’opacité de ce cénacle sans véritable statut dans les traités européens.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Démonstration de solidarité ou grand bricolage ? Les ministres des finances de la zone euro s’apprêtent à débattre, mardi 7 avril à partir de 15 heures, d’un sujet à 1 600 milliards d’euros qui les divise depuis l’accélération de la pandémie : quels mécanismes activer, ou inventer, pour venir en aide aux pays les plus touchés par le Covid-19, dont l’Espagne et l’Italie ?