La Suisse soutient officiellement la transparence fiscale

Par

En signant un texte promettant de s'engager dans l'échange automatique d'informations fiscales, le ministre suisse de l'économie conclut symboliquement une longue transition. La Suisse admet officiellement la fin du secret bancaire, qui a fait sa fortune.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Cette fois, c’est signé. Mardi 6 mai, la Suisse a apposé sa signature sur une déclaration officielle d'engagement à pratiquer l’échange automatique d’informations fiscales. Plus de quarante pays ont signé ce texte à l’occasion d'une réunion ministérielle de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), club des pays riches chargé par le G20 de mettre au point les outils pour lutter contre la fraude et l’évasion fiscales, partout dans le monde. Les 34 membres de l’organisation, ainsi que les pays du G20 non-membres de l'organisation, dont la Chine, la Russie et Singapour, se sont engagés à mettre un terme au secret bancaire existant entre eux.