Maroc: français contre arabe, la guerre des langues

Faut-il enseigner les mathématiques ou la physique en français plutôt qu’en arabe ? La question déchire la classe politique marocaine et un texte de loi prônant une ouverture linguistique est bloqué au Parlement.

Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

Faut-il réhabiliter la langue du colonisateur et enseigner les mathématiques ou la physique en français plutôt qu'en arabe ? La question déchire la classe politique marocaine et un texte de loi prônant une ouverture linguistique est bloqué au Parlement. La présentation de la loi-cadre devant la première chambre du Parlement a suscité une crise législative, sous l'impulsion notamment du Parti de la justice et du développement (PJD) et de l’Istiqlal. 

Le journaliste marocain Omar Brouksy revient pour le site Orient XXI sur les enjeux d'une telle refrancisation du système éducatif marocain après des décennies d’une arabisation hasardeuse de l’enseignement public amorcée dans le milieu des années 1970 pour des raisons politiques, et il pointe quarante ans d’un formidable gâchis.

L'arabe et l'amazigh (berbère) sont les deux langues officielles mais le français est largement utilisé dans le monde du travail. Selon l'Organisation internationale de la francophonie, le Maroc comptait en 2018 plus de 12,7 millions de locuteurs français sur ses 35 millions d'habitants.

  • A lire ici sur le site d’Orient XXI. 
Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale