Brexit: «L’Irlande devra jouer un rôle fondamental dans les négociations»

Par


Économie, frontière, liberté de circuler : la République d'Irlande est, après le Royaume-Uni, le pays le plus affecté par le Brexit. Elle a pourtant été largement occultée durant la campagne. Pour Agnès Maillot, chercheuse à la Dublin city university, l'île « devient un interlocuteur incontournable dans les négociations » à venir. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Dublin (République d'Irlande), envoyée spéciale.- « Support Irish unity. » Dans les rues de Dublin, on croise encore les affiches vertes du Sinn Fein, qui a tenu quelques jours plus tôt un grand meeting sur l'unité de l'Irlande. Le parti nationaliste, représenté des deux côtés de l'île, est le seul à mettre le sujet sur la table, et veut croire que les 56 % de Nord-Irlandais qui ont voté pour rester au sein de l'Union européenne (UE) sont autant de partisans d'une Irlande réunifiée dans l'UE. Mais dans la capitale irlandaise, on parle davantage du Brexit que d'un référendum sur la réunification.