Kurdistan irakien: un référendum pour peser dans l'après-Daech

Par

Le référendum d'indépendance au Kurdistan irakien qui se tiendra le 25 septembre est avant tout marqué par des considérations internes. Mais il pourrait ouvrir la voie à un changement des frontières au Moyen-Orient.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Pétard mouillé ou déflagration majeure ? Un peu des deux et ni l’un ni l’autre, serait-on tenté de répondre, à propos du référendum d’indépendance qui se tiendra au Kurdistan irakien le 25 septembre 2017. Annoncé au mois de juin par le président du gouvernement régional Massoud Barzani, ce scrutin qui est censé octroyer enfin à une partie du peuple kurde un véritable État, marque surtout le début des premières manœuvres de transformation du Moyen-Orient dans la foulée de la défaite annoncée de l’État islamique. Un réagencement des territoires, des gouvernances et des frontières qui pourra être mineur ou, au contraire, de grande ampleur. Nul n’ose encore s’avancer.