Le Mali entre changement et néant

Par

Le Mali reste un pays sous tutelle où le renouveau politique tant espéré n'a pas encore eu lieu. Il symbolise aussi l'échec d'une vision française très militaire et peu politique.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

De notre envoyé spécial à Bamako.- Automne 2014. Bamako demeure cette capitale africaine plongée dans la torpeur. La guerre ? Le terrorisme ? Les séparatistes touareg ? Tout cela semble bien loin, là-haut, tout au nord du Mali. Un autre pays, presque. Et les promesses de changement après la prise de contrôle d’une partie du territoire national par des groupes djihadistes en 2012 et l’intervention de l’armée française en janvier 2013 ? Qu’en est-il de ce « Plus jamais comme avant ! » scandé par la classe politique malienne, de sa volonté affichée de reconstruire un pays plus responsable, moins corrompu et à l’écoute des désirs de ses concitoyens ?