L’âge d’Emmanuel Macron fait rêver la jeunesse algérienne

Par

En visite au cœur d’Alger, dans l’une des rues les plus chargées d’histoire, ou entouré de personnalités pour un déjeuner à l’ambassade de France, Emmanuel Macron s’est adressé à la jeunesse en caressant l’amitié entre la France et l’Algérie, mais aussi en la bousculant.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Alger (Algérie), envoyée spéciale.- « Franchement, ça fait rêver, un président aussi jeune. Nous, on a un fantôme. » Imad pousse un long soupir. Puis un grand éclat de rire : « L’avantage de la venue du président français, c’est qu’on va savoir si le nôtre est encore vivant. » Il a 36 ans, deux enfants et n’a jamais voté de sa vie. « Parce que ça sert à rien dans mon pays, dit-il, tout est programmé d’avance par des vieux qui ne veulent pas lâcher le pouvoir. » Mercredi 6 décembre, il a bravé les embouteillages d’Alger pour « voir la star », comme il l’appelle : Emmanuel Macron, le chef d’État français en visite officielle pour la première fois en Algérie depuis son élection. L’homme qui a dynamité la gauche et la droite françaises fête ses 40 ans dans quelques jours : c’est moitié moins que le président algérien Abdelaziz Bouteflika, dix-huit ans de règne, invisible et paralysé dans son palais médicalisé de Zéralda depuis son AVC en 2013, et dont on murmure régulièrement la mort ou la candidature à un cinquième mandat.