Derrière Malala, d’autres Pakistanaises risquent leur vie

Par

L’écolière gravement blessée par les talibans et lauréate du prix Nobel est revenue dans son pays. Elle est l’une de ces héroïnes tragiques auxquelles un sociologue de Karachi vient de consacrer un livre en français. Parmi elles, Farzana, qui, au péril de sa vie, informe sur le Baloutchistan.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le 12 octobre 2012, les talibans arrêtent un bus scolaire dans la province du  Khyber Pakhtunkhwa (nord-ouest du Pakistan). « Dites-moi qui est Malala ou je vous fusille toutes. Cette fille parle contre nous, elle doit payer pour ça », lance l’homme armé et masqué qui est monté à bord. L’écolière, âgée de 14 ans, est rapidement identifiée. Le combattant islamiste lui tire alors une balle en pleine tête. Grièvement blessée, soignée au Pakistan puis en Angleterre, à Birmingham, Malala Yousufzai survivra à ses blessures.