En célébrant le «Jour de la victoire», Moscou dessine une nouvelle carte géopolitique

Par

Ce sera la commémoration la plus spectaculaire depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, a annoncé le Kremlin. Vladimir Poutine n'a de cesse, depuis l'an dernier, d'utiliser la «Grande Guerre patriotique» pour asseoir sa politique étrangère. Après quelques tergiversations, les chefs d’État européens ont quasi unanimement décliné l'invitation du président russe à ce 70e anniversaire.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Ici c'est la fin de la « Seconde Guerre mondiale », là-bas c'est le « Jour de la Victoire » qui a mis fin à la « Grande Guerre patriotique »… Ici, les commémorations ont lieu le 8 mai ; à Moscou, les commémorations se tiennent le 9 mai – l'acte définitif de capitulation de l'Allemagne nazie ayant été signé le 8 mai à Berlin à 23 heures passées, soit un jour plus tard pour le fuseau horaire moscovite.